Les hommes d’affaires peuvent impulser un changement social

Les hommes d'affaires peuvent impulser un changement social, la Communauté de Pratique (CoP) à l’intention des entrepreneurs immigrants des Caraïbes dans l'espace OCDE et d'autres marchés dédiés aux diasporas, Meegan Scott

Meegan Scott

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Meegan Scott

Dans son récent article dans le Harvard Business Review, Richard Straub de la société Drucker pose la question : « Que faut-il pour que quelque chose de grand change dans une communauté – quelque chose sur laquel personne n’a beaucoup de pouvoir, même quelque chose aussi grand qu’un état d’esprit ? “.

Et il nous fournit la réponse : un mouvement social.
Comme le souligne Straub, les mouvements sociaux ne sont pas seulement du domaine d’une communauté d’organisateurs et d’une association d’étudiants.

“Les gens d’affaires peuvent aussi les mettre en marche, comme nous le voyons maintenant “.

Ce que Straub a dit n’était pas nouveau pour moi.

Et j’ai rencontré d’autres personnes avec la même conviction à l’intérieur et à l’extérieur de la Communauté des Caraïbes.

Cependant, au cours des dernières semaines, pendant que je partageais des informations sur la Communauté de Pratique (CoP) à l’intention des entrepreneurs immigrants des Caraïbes dans l’espace OCDE et d’autres marchés dédiés aux diasporas, on m’a posé des questions indiquant clairement que plusieurs membres de notre communauté croient encore que les initiatives de changement relèvent du gouvernement, des ONG ou des organismes donateurs.

Il est grand temps que nous réalisons que les gens d’affaires doivent avoir un rôle à jouer dans la mise en place de tels changements. Et les entrepreneurs des Caraïbes aussi !

La communauté noire et caribéenne (et les Caraïbes dans toute leur diversité ethnique) ne doit laisser passer aucune opportunité à saisir et doit s’adapter à notre liberté et notre indépendance en tant qu’une communauté.  Et cela signifie : se réunir pour mener le changement que nous voulons voir. Pour ce faire, nous devons nous engager dans des actions fortes et persistantes, et créer plus de symboles de la pratique de la liberté, de l’indépendance et le pouvoir d’un peuple et d’une communauté pour tracer sa destinée.

De plus, nous devrions nous positionner pour être un groupe à forte demande au sein de nos pays d’accueil. Je ne propose pas l’aliénation d’autres groupes de la société, je parle de mouvement pour faire face à nos gros problèmes dans la société et se positionner pour un avenir meilleur. Et cela inclut la conviction que la couleur de l’entrepreneuriat n’est pas noire ; et la couleur de la responsabilité de l’entreprise sociale n’est pas noire.

Comme la Fondation Kauffman (l’une des plus grandes fondations privées des États-Unis, qui est connue pour soutenir les entrepreneurs et le Global Entrepreneurs Network), je reconnais le besoin de créer un environnement propice, fondé sur la collaboration, la confiance, les réseaux connectés, et la prise de décision fondée sur des preuves si nous voulons réussir à développer l’esprit d’entreprise dans les Caraïbes et entreprises à fort impact.

Pour soutenir tout changement durable dans cette direction, nous avons besoin de solides données quantitatives et qualitatives pour montrer qu’il est évident de créer des solutions pertinentes au profit de notre communauté. Nous avons aussi besoin de prendre des mesures pour créer des marchés, des sources de financement, des échanges de compétences et des réseaux au sein de la diaspora des Caraïbes à l’échelle mondiale. Notre richesse, notre croissance et notre changement se situent au sein de notre communauté.

La CoP pour les Entrepreneurs Immigrés est conçue pour faciliter une grande partie de ce changement. Je saisis cette occasion pour inviter les membres de la diaspora, entrepreneurs, universitaires et chercheurs partageant les mêmes idées à se réunir en tant que propriétaires et bénéficiaires de la CoP pour les entrepreneurs immigrés des Caraïbes.

Agissons pour le succès individuel, commercial, communautaire et du pays d’origine, ainsi que pour le succès du multiculturalisme dans nos pays d’accueil. Notre communauté et nos entreprises doivent se réveiller et accepter le rôle des gens d’affaires pour faire évoluer les choses.

A propos de l’auteur : Meegan Scott, B.Sc. Hons, MBA, ATM-B, CL, PMP., est née en Jamaïque, Consultant en gestion et propriétaire de Magate Wildhorse Ltd à Toronto. Elle a publié des articles sur les affaires, la stratégie, le marketing, l’esprit d’entreprise et l’amélioration des résultats de Communautés noires et des Caraïbes. Pour en savoir plus sur la CoP Email : magatewildhorse@gmail.com . Elle a également publié des revues d’événements et produit une petite série télévisée sur les affaires.  Ceci est un article syndiqué.

Traduction de l’Anglais en Français assurée par  WÀTU Digital Lab info@watudigital.com

Comments are closed.